Étudiante-chercheuse étoile Février 2018



Josiane Bourque

Étudiante au doctorat en psychiatrie
Université de Montréal


Publication primée : Functional Neuroimaging Predictors of Self-Reported Psychotic Symptoms in Adolescents

Publiée dans : American Journal of Psychiatry
 

Résumé

Étant donné la sévérité de certains problèmes de santé mentale comme la psychose, la recherche dans ce domaine se concentre sur l'identification d'individus à risque. Or, pour évaluer le risque de psychose, la plupart des études identifient des adultes qui sont déjà en recherche de traitement de leurs symptômes. Josiane Bourque a donc cherché à savoir s'il serait possible d'identifier des adolescents avec une vulnérabilité à la psychose, donnant ainsi une fenêtre de temps pour des actions préventives. Pour ce faire, les chercheurs ont mesuré l'activité cérébrale de plus de 1 000 jeunes de 14 ans effectuant différentes tâches cognitives. Deux ans plus tard, les adolescents ont rempli des questionnaires sur la présence de symptômes psychotiques. En comparant les résultats, les chercheurs ont pu démontrer qu'une réponse exagérée du cerveau à des signaux pourtant non menaçants et non liés aux émotions est un facteur prédictif de l'émergence de symptômes psychotiques durant l'adolescence. Cette recherche a démontré qu'il est possible de détecter des anomalies dans l'activité du cerveau d'adolescents bien avant l'apparition de symptômes psychotiques qui pourraient nécessiter une intervention médicale.