Étudiant-chercheur étoile Novembre 2017



Simon Morand-Beaulieu

Étudiant au doctorat en neurosciences
Université de Montréal


Publication primée : The puzzling question of inhibitory control in Tourette syndrome: A meta-analysis

Publiée dans : Neuroscience & Biobehavioral Reviews

 

Résumé

Le syndrome de Gilles de la Tourette (SGT) se caractérise principalement par des tics moteurs et vocaux. Ce syndrome est souvent marqué par plusieurs comportements désinhibés ou impulsifs, comme des épisodes explosifs ou agressifs, des crises de colère, etc. Toutefois, les résultats des études neuropsychologiques mesurant les capacités d'inhibition ne s'accordent pas tous. Le but de l'étude de Simon Morand-Beaulieu et de son équipe était donc de clarifier si les patients atteints du SGT ont bel et bien des déficits d'inhibition, et d'analyser les facteurs qui les modulent. Pour ce faire, ils ont rédigé une méta-analyse de 61 études qui a permis de démontrer l'existence de déficits d'inhibition modérés chez les patients atteints du SGT. Il semble d'ailleurs que plusieurs facteurs contribuent à diminuer les capacités d'inhibition; la présence d'un trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité et des tics plus sévères sont associés à davantage de déficits d'inhibition. Les côtés négatifs découlant de ces déficits, comme l'impulsivité ou les épisodes explosifs, sont souvent plus problématiques pour les patients et leur entourage que les tics eux-mêmes. Les résultats de cette étude encouragent donc les professionnels de la santé à évaluer et traiter les symptômes de TDAH de manière systématique chez les patients atteints du SGT.