Étudiants-chercheurs étoiles Juin 2012



Christian McIntire

Étudiant à la maîtrise en biochimie
Université McGill

Katherine Labbé

Étudiante au doctorat en microbiologie et immunologie
Université McGill


Publication primée : Cellular Inhibitors of Apoptosis Proteins cIAP1 and cIAP2 Are Required for Efficient Caspase-1 Activation by the Inflammasome

Publiée dans : Immunity, Vol.35(6), 23 Décembre 2011, Pages 897-907.
 

Résumé

« Dans cet article, nous démontrons que les « cellular inhibitors of apoptosis proteins » (cIAP) sont nécessaires à la réponse immunitaire initiée à la suite d'une reconnaissance de signaux de danger par le complexe cytosolique « inflammasome ». L'étude des mécanismes moléculaires met en évidence le rôle majeur des cIAP dans l'activation inflammasome-dépendante de la caspase-1, une protéine effectrice clé à l'inflammation et à la mort cellulaire qui mènent à l'élimination de pathogènes et à la réparation cellulaire. »

Les inhibiteurs pharmacologiques contre les cIAP sont actuellement en étude clinique pour le traitement de certains types de cancers. Les travaux des deux étudiants-chercheurs chez les animaux démontrent que ces composés causent une détérioration de la réponse immunitaire innée. Ces inhibiteurs devraient donc être utilisés avec précaution et comportent des risques d'effets immuno-suppressifs importants. D'un autre côté, certaines maladies inflammatoires résultent directement de la suractivation de l'inflammasome en réponse à des signaux endogènes (goutte) ou sont dus à des mutations génétiques (familial cold autoinflammatory syndrome, le syndrome de Muckle-Wells, fièvre familiale périodique, CINCA/NOMID, etc.). Le ciblage pharmacologique des cIAP serait donc une alternative thérapeutique envisageable pour le traitement de ces maladies. De plus, ces composés pourraient être utilisés dans le traitement de pathologies multifactorielles ayant une composante inflammatoire où l'inflammasome a été impliqué (diabète, malaria, silicose, etc.).