Étudiant-chercheur étoile Octobre 2014



Juan Pablo Lopez

Étudiant au doctorat en génétique humaine
Université McGill


Publication primée miR-1202 is a primate-specific and brain-enriched microRNA involved in major depression and antidepressant treatment

Publiée dans Nature Medicine, vol. 20, no 7, juillet 2014
 

Résumé

« Dans le domaine de la psychiatrie, il existe un besoin criant de mettre en évidence des biomarqueurs de la réponse aux antidépresseurs. Nos travaux montrent que le miR-1202, un micro-ARN (suppresseur de l'expression génique) présent en forte concentration dans les tissus cérébraux, est exprimé différemment chez les personnes qui souffrent de dépression, et permet de prédire la réponse aux traitements antidépresseurs. De plus, le miR-1202 régule l'expression d'un gène précis; cette découverte pourrait mener à la détermination du mécanisme d'une maladie et d'une cible thérapeutique. Les travaux à l'origine de notre publication ont principalement mené à la découverte d'une nouvelle cible moléculaire pour les traitements antidépresseurs. Ils ouvrent également la porte à la possibilité que les micro-ARN puissent jouer un rôle en tant que biomarqueurs de la réponse aux traitements de la dépression, ce qui pourrait mener à la mise au point de meilleures options thérapeutiques pour le trouble dépressif majeur. Notre étude met en évidence le rôle joué par les micro-ARN dans les troubles neuropsychiatriques, et constitue une avancée importante dans la conception d'outils de diagnostic précoce, de stratégies de prévention et de traitements pharmacologiques pour les troubles de l'humeur. »

L'objectif des approches pharmacogénétiques en psychiatrie est de découvrir des prédicteurs significatifs sur le plan clinique de la réponse aux médicaments et de l'importance de leurs effets secondaires. Étant donné l'hétérogénéité clinique et l'incertitude du pronostic associées à la plupart des troubles psychiatriques, le concept de traitement personnalisé semble très prometteur. Jusqu'à maintenant, les recherches en psychiatrie n'ont toutefois pas donné de résultats convaincants, et les seules données encourageantes proviennent d'études sur des animaux. Le projet de recherche de Juan Pablo Lopez est le premier à montrer chez l'humain une dysrégulation des micro-ARN dans les tissus cérébraux et les prélèvements sanguins post mortem provenant de personnes souffrant de dépression. Par ailleurs, et surtout, les résultats laissent à penser que le miR-1202 permettrait de prédire la réponse aux traitements antidépresseurs. De plus, ils semblent indiquer que certaines cellules du sang constitueraient un tissu adéquat pour étudier des processus liés au trouble dépressif majeur et à la réponse aux traitements antidépresseurs.