Étudiant-chercheur étoile Mai 2014


Guillaume Lavertu, étudiant-chercheur étoile, FRQS

Guillaume Lavertu

Étudiant au doctorat en médecine
Université Laval


Publication primée : Enhancing K–Cl co-transport restores normal spinothalamic sensory coding in a neuropathic pain model

Publiée dans : BRAIN, 137; 724-738, 2014
 

Résumé

« Les résultats de notre publication sont d'une importance particulière, car ils répondent à l'un des principaux sujets de débat des 50 dernières années dans le domaine de la douleur : comment la douleur est-elle encodée dans la moelle épinière et comment est-elle transmise au cerveau en condition physiologique et pathologique? En plus de répondre à cette question, notre étude identifie les substrats cellulaires et mécanistiques du développement de l'allodynie tactile (une douleur déclenchée par un stimulus normalement indolore), un des symptômes les plus handicapants des douleurs chroniques. Cette publication a permis de démontrer qu'une modification de la capacité d'expulser les ions chlorure, par la diminution des concentrations du cotransporteur potassium-chlorure (KCC2) chez une sous-population spécifique de neurones spinothalamiques, est responsable de l'allodynie tactile. Nous avons également démontré que moduler positivement ce cotransporteur par un nouveau composé, le CLP257, normalise l'encodage de cette sous-population de neurones spinothalamiques chez un modèle animal de douleur chronique. »

La douleur chronique est souvent réfractaire aux traitements et ceux-ci ne fournissent généralement qu'un certain niveau de soulagement. Les données de cet article combinées à celles d'autres études ont permis d'identifier une cible pharmacologique ayant beaucoup de potentiel pour le traitement des douleurs chroniques. Cette nouvelle avenue de traitement arrive à point, car la mauvaise compréhension de la physiopathologie de la douleur chronique a cruellement limité le développement pharmacologique. De plus, de récentes données semblent associer le mécanisme identifié par Guillaume Lavertu à de nombreuses maladies neurologiques et psychiatriques telles que l'épilepsie, le stress, la spasticité, la schizophrénie, l'autisme et la toxicomanie. Cette constatation ouvre un ensemble de nouvelles pistes thérapeutiques.