Détecter rapidement les infections



Les maladies infectieuses représentent la première cause de mortalité à l'échelle de la planète.

La situation s'aggrave dans les pays industrialisés, dont le Canada : ce taux de mortalité a augmenté de 50% au cours des 20 dernières années. Les premières heures suivant l'infection sont cruciales et un diagnostic rapide pourrait éviter les complications, voire la mort. Cependant, les seuls tests disponibles aujourd'hui nécessitent plus de 48 heures pour identifier l'agent microbien.

Le « laboratoire sur puce » analyse les échantillons et établit un diagnostic directement au point de service, permettant presque un traitement en temps réel.

Depuis 20 ans, Michel Bergeron, professeur à l'Université Laval et directeur du Centre de recherche en infectiologie du Centre hospitalier universitaire de Québec, cherche à accélérer le diagnostic des infections. Grâce à la détection des acides nucléiques (ADN-ARN) des microbes, il a développé les cinq premiers tests moléculaires rapides approuvés par la FDA, Santé Canada et l'UE. Avec son équipe, il a récemment mis au point le GenePOC (point-of-care) Diagnostics, le premier test sur le marché pouvant détecter ces acides.

Cette technologie unique au monde pourrait révolutionner la façon de poser un diagnostic et de soigner les patients. Le « laboratoire sur puce » analyse les échantillons et établit un diagnostic directement au point de service, permettant presque un traitement en temps réel. Entièrement automatisé et autonome, ce système est muni d'un cédérom capable de lire l'ADN de façon précise, fiable, et surtout, en moins d'une heure!

Ce laboratoire portatif détectera tous les types d'infections courantes, qu'elles soient bactériennes, fongiques ou virales. Parmi les plus courantes, mentionnons les infections des voies respiratoires et des voies gastro-intestinales, les infections néonatales ainsi que les maladies sexuellement transmissibles.

Les chercheurs procèdent actuellement à des essais cliniques, plus particulièrement sur la détection du streptocoque de groupe B chez les femmes enceintes, en vue de lancer officiellement le système en 2014. Cet outil de détection rapide sera alors implanté dans les hôpitaux et centres hospitaliers, notamment dans les salles d'urgence et de soins intensifs.

Cet outil pourra réduire les risques d'infections nosocomiales (les infections contractées dans les hôpitaux), en permettant une réaction et un traitement rapides des individus infectés. Il aurait des effets similaires lors des épidémies de grippe. Un tel outil diagnostique entraîne ainsi l'offre de meilleurs soins de santé aux patients, tout en diminuant les risques de complications et les coûts reliés aux soins et aux procédures d'évaluations en laboratoire. D'ici les prochaines années, le GenePOC pourrait aussi être disponible dans les cabinets de médecins ainsi que dans les pharmacies.

L'intérêt suscité par le GenePOC Diagnostics est planétaire. L'équipe de conception est notamment le récipiendaire du prix 2013 accordé par la Frost & Sullivan pour la meilleure entreprise nord-américaine spécialisée en diagnostic moléculaire. Le chercheur et son équipe veulent rendre cet outil accessible à travers le monde, notamment dans les pays en développement. À quand le test portatif que l'on pourra utiliser nous-mêmes pour diagnostiquer nos propres infections?