Utilisation de profils génomiques pour le développement d'interventions nutritionnelles personnalisées pour le diabète et les facteurs de risques associés

 

Iwona Rudkowska

Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université Laval

 

Domaine : nutrition et métabolisme

Programme chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2014-2015

Plus de 9 millions de Canadiens vivent avec le diabète ou le pré-diabète. Le diabète de type 2 est une maladie métabolique caractérisée par un taux de sucre élevé dans le sang dans le contexte de la résistance à l'insuline et la carence relative en insuline. Les facteurs de risque associés au diabète de type 2 sont les suivants : des lipides sanguins élevés, une tension artérielle élevée, un état de stress oxydatif chronique et pro-inflammatoire contribuant à l'augmentation du risque des maladies cardiovasculaires.

La modification du régime alimentaire est un élément clé dans la gestion du diabète et des facteurs de risque associés. Nous avons déjà constaté qu'il existe des individus qui réagissent mieux ou moins bien aux diverses interventions nutritionnelles. Cela pourrait être en partie dû aux variations génétiques dans la population. Il est donc nécessaire de comprendre le patrimoine génétique pour être en mesure de prédire les réponses aux interventions nutritionnelles.

En utilisant des approches génomiques, ce programme de recherche vise à identifier des marqueurs moléculaires pour élaborer des recommandations nutritionnelles adaptées aux besoins spécifiques d'un individu à risque. Voici chacun de mes volets de recherche : (1) l'étude nutrigénomique des bienfaits des produits laitiers chez les diabétiques; (2) les interactions gènes-diète sur la variabilité du stress oxydatif; et (3) les oméga-3 et leurs effets sur les facteurs de risques cardiovasculaires. Donc, les connaissances générées par ce programme de recherche permettront le développement d'interventions nutritionnelles plus efficaces dans la prévention et le traitement du diabète et des facteurs de risque associés, et par conséquent, réduiront les coûts économiques associés à cette maladie.