Un programme de recherche translationnelle sur la toxicomanie : le développement des stratégies de prévention ciblées aux facteurs de risque chez les jeunes et une stratégie de transfert des connaissances canadiennes

 

Patricia Conrod

Centre de recherche du CHU Ste-Justine

 

Domaine : Neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme chercheurs-boursiers - Senior

Concours 2013-2014

La consommation de substances nocives commence souvent dès l'adolescence qui est une période charnière de développement des facultés cognitives, le comportement et la maturation du cerveau et potentiellement une période vulnérable aux effets de l'alcool et de la drogue. Jusqu'ici, la plupart des initiatives de prévention universelles n'ont montré qu'une efficacité limitée en ce qui concerne la prévention de l'abus de substances chez les jeunes. Le candidat a développé un programme de prévention sélectif et a montré des effets bénéfiques supérieurs aux meilleurs programmes déjà existants.

L'un des nombreux avantages de ce programme-ci est d'être court, facile à mettre en en oeuvre et ne cible que les adolescents les plus à risque pour la toxicomanie. Les essais randomisés testant ce programme mené d'ores et déjà dans différentes communautés et différents pays à travers le monde ont montré une réduction significative (30 % à 80 %) de la consommation d'alcool et de drogues illicites chez les adolescents.

Le but de cette demande de fonds vise donc à financer un chercheur senior qui effectuera des recherches capables de donner aux jeunes à risque un accès plus facile à ce programme de prévention de la toxicomanie aussi bien au Canada que partout ailleurs dans le monde.

Ce programme de recherche vise aussi à améliorer la compréhension des facteurs sociaux et politiques qui interagissent avec le risque individuel pour la toxicomanie et les interventions destinées à réduire un tel risque. Quatre volets de recherche sont proposés : 1) l'analyse des coûts-avantages de la prévention ciblée; 2) le transfert des connaissances; 3) la prévention en psychiatrie pédiatrique et 4) la biologie et la culture en prévention des toxicomanies.