Un programme de recherche pour innover les soins psychosociaux et promouvoir la santé mentale chez des patients atteints d'un cancer en stade avancé basé sur des fondements conceptuels incluant les determinants biologiques

 

Melissa Henry

CIUSSS de l'Ouest-de-l'Ile-de-Montréal

 

Domaine : cancer

Programme Chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 2

Concours 2018-2019

Mon programme de recherche vise à implanter et évaluer des interventions préventives faisant la promotion de la santé mentale chez les patients atteints d'un cancer en stade avancé, avec un focus majeur en oncologie tête et cou. Les patients atteints de cancer tête et cou ont été sous-étudiés malgré leurs niveaux élevés de détresse psychologique, de symptômes physiques, et de morbidité. Je propose un programme de recherche sur quatre ans pour poursuivre le travail entamé lors de mon dernier appui FRQS Junior 1 Chercheur-Boursier Clinicien 2014-2018. Mon programme comprend l'extension de trois études courantes et deux nouvelles études : Étude 1)2015-2020– un essai randomisé du Meaning-Making intervention (MMi) pour des personnes nouvellement diagnostiquées en stade avancé de cancer, subventionnée par les IRSC; Étude 2)2018-2019–une continuation d'analyses de notre base de données longitudinale incluant 223 patients atteints de cancer tête et cou, subventionnée par le FRQS et incluant des analyses génétiques; Étude 3)2018-2021–une extension de cette base de données sur cinq ans, permettant l'étude de trajectoires à plus long terme de qualité de vie et de santé mentale; Étude 4)2018-2020–un essai randomisé pilote de l'intervention PTSD Coach pour des patients nouvellement diagnostiqués d'un cancer tête et cou, soumis aux IRSC; et Étude 5)2020-2023–un éventuel essai randomisé complet de l'intervention PTSD Coach basé sur l'étude pilote.

L'appui salarial soutiendra un programme de recherche fortement innovateur et productif, qui a et continuera d'avoir un impact important au niveau de l'identification d'algorithmes pour identifier tôt les patients susceptibles de vivre une détérioration de leur santé mentale, un haut niveau de détresse psychologique, et une qualité de vie compromise lors de leur maladie et trajectoire de traitement. En découlera l'implantation d'interventions préventives visant à réduire le fardeau de la maladie dans une population considérée comme étant une des plus difficiles et vulnérables en oncologie.