Traitement des calculs rénaux : diminuer l'exposition aux rayonnements

 

Sero Andonian

CUSM-Hôpital Royal Victoria

 

Domaine : Services de santé

Programme chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2013-2014

L'endourologie est la branche de l'urologie consacrée au traitement des personnes souffrant de calculs rénaux. Les urologues ont recours à l'une ou l'autre de ces trois technologies : l'urétéroscopie (URS), la lithotripsie par onde extracorporelle (LOC) et la néphrolithotomie percutanée (NLPC). Ces trois approches utilisent la fluoroscopie, une méthode qui implique une quantité plus ou moins importante de rayonnement.

Dans le cadre de son programme de recherche, le Docteur Sero Andonian a pour objectif d'évaluer les risques que peuvent représenter pour les patients et le personnel soignant les rayonnements découlant de ces formes de traitement. En premier lieu, le chercheur se propose de mieux caractériser les facteurs déterminant l'exposition aux rayonnements, et ce, pour les trois procédures.

En deuxième lieu, il souhaite évaluer la compréhension qu'ont les professionnels de la santé (médecins, stagiaires, infirmières et technologues en radiologie) des mesures de radioprotection accompagnant la procédure. Au cours de recherches préliminaires, le docteur Antonian a observé qu'il existait en milieu hospitalier, entre les urologues et leurs stagiaires (futurs médecins en formation), des différences quant à l'utilisation de la fluoroscopie, spécialement  dans le cas de l'urétéroscopie. Qui plus est, en raison de la réduction des heures de travail des stagiaires, les procédures relatives à ce genre de traitement s'exécutent de plus en plus hors des salles d'opération, sur des simulateurs. Ceci rend la question de la radiation encore plus névralgique. Le chercheur a donc ajouté un troisième volet à sa programmation afin d'évaluer l'impact du rayonnement survenant spécifiquement lors de formations se déroulant sur simulateur.

L'objectif ultime du Docteur Andonian est de minimiser les doses de rayonnements pouvant atteindre les patients et les professionnels de la santé qui les traitent. Il est à noter que les calculs rénaux affectent une personne sur dix.