Optimisation de la prise en charge des individus nés prématurément: mieux dépister, mieux intervenir

 

Thuy Mai Luu

Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine

 

Domaine : santé de la mère, des enfants et des adolescents

Programme Chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 2

Concours 2018-2019

Au Canada, 8% des naissances surviennent prématurément soit avant 37 semaines de grossesse. Les enfants nés prématurés sont plus à risque de séquelles neurologiques qui peuvent affecter leur développement moteur, langagier et cognitif. À long terme, on se rend également compte que les adultes nés prématurés sont plus susceptibles de présenter de la haute pression, des problèmes avec leurs vaisseaux sanguins et leur cœur et des symptômes respiratoires chroniques. On remarque aussi une moins grande capacité à l'exercice physique. Ma recherche vise à améliorer la prise en charge globale des individus nés prématurément par un meilleur dépistage des problèmes de santé et la mise en place d'intervention préventive.

Mon premier thème de recherche est de savoir si les séquelles de la prématurité sur le cœur, les vaisseaux, les poumons et les muscles peuvent être allégées avec un programme d'exercice physique. Pour ce faire, nous évaluerons des jeunes adultes nés avant 29 semaines de grossesse ainsi que des contrôles nés à terme avant et après un programme supervisé de 12 semaines d'entraînement physique. Nous utiliserons des nouvelles techniques en imagerie pour mieux étudier leur cœur et leurs poumons.

Mon deuxième thème est de développer un protocole de dépistage visant à détecter le plus tôt possible les nourrissons nés entre 29-36 semaines de grossesse à plus haut risque de retard de développement. Ainsi, il sera possible d'intervenir plus précocement pour améliorer leur devenir. Ce protocole utilisera des techniques permettant de mesurer la fonction neurologique au chevet du bébé en néonatalogie. Par après, le protocole de dépistage comprendra un examen neurologique et des questionnaires à remplir par les parents. Nous vérifierons que ce protocole permet de bien identifier les enfants qui auront un retard de développement à 2 ans.