Nutrition et santé des Autochtones du Québec : des pistes par l'épidémiologie nutritionnelle dans le cortex cérébral

 

Michel Lucas

Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université Laval

 

Domaine : nutrition et métabolisme

Programme chercheurs-boursieurs - Junior 1

Concours 2014-2015

Les épidémies d'obésité et de diabète constituent une crise mondiale qui menace la santé et l'économie de toutes les nations. Elles affectent de manière plus importante les Autochtones. L'alimentation et l'inactivité physique seraient les causes majeures de ces maladies. Un problème fréquent avec la recherche en nutrition, c'est qu'on analyse habituellement les aliments un à la fois. Mais en réalité, on les consomme en combinaison, les uns avec les autres. Des méthodes permettent de classer les gens selon l'ensemble des aliments qu'ils consomment. Celles-ci créent des profils alimentaires nous aidant à mieux comprendre le rôle global de l'alimentation dans ces maladies.

Chez les Autochtones, la transition nutritionnelle a été proposée comme facteur pouvant expliquer l'augmentation de l'obésité et du diabète. Celle-ci se définit par une diminution de la consommation des aliments traditionnels (produits de la chasse, la pêche et de la cueillette) par une augmentation des aliments commerciaux de faible qualité nutritionnelle.

Nos recherches viseront à mieux comprendre le rôle global de l'alimentation dans l'obésité et le diabète auprès des Autochtones du Québec (Inuit du Nunavik, Cris de la Baie-James). D'autres analyses porteront sur les bienfaits à la santé des aliments traditionnels des Inuit du Nunavik. On évaluera les impacts d'une intervention qui vise à fournir de l'omble chevalier (un salmonidé) aux femmes enceintes afin de réduire les risques reliés aux contaminants et améliorer la nutrition des mères. D'autres recherches porteront sur les effets des baies sauvages du Nunavik dans le diabète.

Ces recherches proposent des approches nouvelles en nutrition. Elles permettront d'étudier les rôles individuels et combinés des aliments sur la santé des Autochtones québécois. Les résultats permettront de mieux orienter les politiques de santé publique visant à améliorer leur santé.