Neuro-psychophysiologie de la douleur

 

Pierre Rainville

Centre de recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme chercheurs nationaux

Concours 2014-2015

Ce programme de recherche s'intéresse à la douleur chez l'humain. Il examine les mécanismes cérébraux et cérébro-spinaux impliqués dans la régulation des réponses physiologiques et comportementales évoquées par des stimulations douloureuses. Conceptuellement, la variabilité dans les réponses évoquées par la douleur est généralement interprétée comme le reflet d'un manque de fiabilité/validité. Notre perspective propose que cette variabilité fournit des informations fondamentales sur les mécanismes partiellement distincts qui sous-tendent les multiples fonctions de protection, mise en alerte, évaluation, prédiction, évitement et communication de la douleur. Ces réponses dépendent des régions frontales du cerveau ainsi que de structures profondes impliquées dans la motivation et les émotions. De plus en plus d'études suggèrent que ces réseaux cérébraux contribuent au développement et au maintien de la douleur chronique. Ainsi, notre recherche fournira des points d'ancrage fondamentaux indispensables à la compréhension des changements associés à la douleur chronique.

Les méthodes utilisées dans nos travaux incluent une évaluation sensorielle quantitative de la douleur (tests standardisés) pour caractériser la sensibilité basale. Nos études incluent également de multiples mesures des réponses physiologiques et comportementales évoquées par la douleur aigüe (i.e. : réflexes moteurs et autonomiques, cortisol salivaire, expression faciale, et évaluations perceptives). Ces mesures sont effectuées concurremment à des mesures d'activité du cerveau par imagerie par résonance magnétique. Ceci nous permet de distinguer les circuits cérébraux potentiellement impliqués dans la régulation des différents canaux de réponses. Des tâches expérimentales mettent en jeu diverses fonctions essentielles de la douleur, telle que l'évaluation de la « menace relative » qu'un stimulus représente (i.e. test de contre-irritation), la prédiction et l'anticipation de stimuli aversifs (i.e. apprentissage par conditionnement), et l'évitement (i.e.  conditionnement instrumental/opérant). La combinaison unique de ces méthodes nous permet de jeter un regard original sur le phénomène complexe de la douleur.