Modulation du système endocannabinoïde dans le traitement de la toxicomanie

 

Didier Jutras-Aswad

Centre hospitalier de l'Université de Montréal

 

Domaine : neuroscience, santé mentale et toxicomanies

Programme chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 1

Concours 2014-2015

Le but de ce projet est de déterminer si le cannabidiol (CBD), un cannabinoïde naturel, peut réduire les symptômes de sevrage, l'envie de consommer et le risque de rechute chez 110 individus dépendants à la cocaïne et admis à un programme de désintoxication au Centre hospitalier de l'Université de Montréal.

La dépendance à la cocaïne est une maladie récurrente qui se caractérise par un désir de consommer persistant et une perte de contrôle sur la consommation de cette drogue. Cette affection est associée à une souffrance, à des répercussions néfastes sur la santé des individus, à une détresse parmi les proches et à des coûts humains et financiers considérables pour la société. Parmi les millions de personnes dépendantes à la cocaïne dans le monde, seule une minorité bénéficie de traitements adéquats. Qui plus est, la plupart des thérapies conventionnelles s'avèrent inefficaces et aucun traitement pharmacologique n'est à ce jour disponible pour cette maladie.

De nouvelles cibles ont été identifiées au sein du cerveau afin de traiter la dépendance à la cocaïne. Le cannabidiol (CBD) est un cannabinoïde naturel déjà utilisé au Canada et ses effets protecteurs sur le cerveau ont été amplement démontrés. En effet, il est maintenant établi que le CBD diminue la recherche de drogue chez les animaux et les humains et permet d'atténuer la vulnérabilité au stress, une cause fréquente de rechute chez les patients dépendants. Le CBD apparaît comme une voie prometteuse pour traiter la dépendance à la cocaïne, maladie pour laquelle il n'existe aucun traitement spécifique à l'heure actuelle. L'administration de cette médication durant la phase initiale de sobriété pourrait s'avérer cruciale pour mettre fin au cycle nocif de la dépendance.