MedSécure-CHSLD: déprescriptions des médicaments potentiellement inappropriés dans les établissements de soins de longue durée

 

Emily McDonald

Centre universitaire de santé McGill [CUSM]

 

Domaine : santé des populations

Programme Chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 1

Concours 2018-2019

Plus de 20% des adultes de 65 ans et plus dans la communauté prennent 10 médicaments ou plus. Avec toutes les pilules ajoutées, la possibilité de développer une complication d'un médicament augmente, et les effets secondaires peuvent avoir une incidence sur la qualité de vie, l'appétit, l'énergie ou même conduire à des visites à l'hôpital. Les personnes âgées qui demeurent dans des établissements de soins de longue durée, ainsi que les membres de leur famille et les soignants, souhaitent déprescrire des médicaments inutiles pouvant causer des effets secondaires indésirables. Cela consiste à examiner périodiquement et à arrêter les pilules après avoir examiné les antécédents médicaux d'un patient, ainsi que leur santé et leurs valeurs actuelles, processus qui prend du temps et des ressources. Notre groupe a déjà développé une application électronique, MedSafer, qui automatise en partie le processus chez les patients hospitalisés.

Le projet actuel déterminera si MedSafer est également utile pour la déprescription dans les adultes qui demeure en communauté. L'étude aura lieu dans quatre établissements de soins canadiens. Les médicaments et les antécédents médicaux antérieurs seront référencés électroniquement afin de générer une liste des opportunités de déprescription pour l'équipe traitante. Nous verrons si MedSafer aide à arrêter avec succès les médicaments dans l'environnement des établissements de soins de longue durée et automatisera davantage le processus de saisie des données. Les patients, les familles et l'équipe traitante seront interrogés pour déterminer les impacts positifs sur la santé. Nous allons étudier les opportunités ayont l'impact le plus important en termes de nombre de pilules arrêtées, de prévention des effets nocifs, et de coûts associés. Le résultat sera une intervention électronique de déprescription entièrement évolutive, un nouveau standard de soins, qui peut être appliqué trimestriellement dans des établissements de soins âgés du Québec et du Canada.