Mécanismes de signalisation intracellulaire régulant l'inflammation suite aux infections pulmonaires

 

Simon Rousseau

Centre universitaire de santé McGill (CUSM)

 

Domaine : Santé circulatoire et respiratoire

Programme chercheurs-boursiers - Junior 2

Concours 2012-2013

La perte de la régulation de l'inflammation dans le poumon entraîne de nombreux problèmes respiratoires ayant un impact majeur sur la qualité de vie des gens affectés. En l'absence d'inflammation, il y aura sensibilité accrue aux infections pulmonaires. Par contre, en présence d'excès d'inflammation ou d'inflammation chronique, le tissu pulmonaire sera endommagé compromettant ainsi sa fonction vitale. Mon programme de recherche vise à bien comprendre les signaux responsables de la régulation de l'inflammation en réponse aux infections bactériennes afin de mettre sur pied de nouvelles approches visant à rétablir l'équilibre de la réponse inflammatoire lorsque celle-ci est perturbée. Pour les quatre prochaines années, ce programme s'orchestrera autour de trois parties : (A) les mécanismes régulant l'inflammation en réponse aux infections bactériennes initiées par l'épithélium respiratoire sain; (B) les mécanismes responsables de l'inflammation chronique dans la fibrose kystique; (C) les mécanismes responsables de la sensibilité aux infections respiratoires dans la maladie de Niemann-Pick. Les parties B et C s'ancrent autour de maladies humaines graves qui affectent la fonction respiratoire.

Au coeur de ces trois projets, on retrouve le rôle essentiel des voies de signalisation intracellulaire dans l'élaboration de la réponse inflammatoire. Ce programme de recherche débute par l'étude d'échantillons cliniques, pour ensuite étudier les mécanismes régulant l'inflammation en utilisant des modèles cellulaires humains et finalement valider nos découvertes dans un modèle d'inflammation pulmonaire in vivo chez la souris. Je crois que cette approche intègre tous les aspects nécessaires pour le transfert des connaissances de la clinique au laboratoire, puis d'un retour vers la clinique, dans le but d'améliorer la santé et la qualité de vie des Québécois souffrant d'infections pulmonaires.