Marqueurs cognitifs et neuronaux des troubles de la mémoire associative chez les patients schizophrènes.ur optimiser la participation sociale des personnes âgées

 

David Luck

Centre de recherche Fernand-Séguin de l'Hôpital Louis-H. Lafontaine

 

Domaine : Neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2013-2014

La schizophrénie (SZ) est une pathologie fréquente et handicapante, affectant une personne sur cent durant leur vie. La SZ touche essentiellement de jeunes adultes, et conduit à une désadaptation sociale et professionnelle. Bien que la plupart des fonctions cognitives soient perturbées, la mémoire est particulièrement affectée. Cependant les atteintes de la mémoire ne sont pas homogènes et certains processus sont plus perturbés que d'autres. Par exemple, de nombreux travaux ont montré que les patients SZ ont plus de difficultés à se remémorer l'association entre plusieurs stimuli que les stimuli eux-mêmes. Ce processus associatif est communément appelé binding.

Les travaux en neurosciences cognitives ont montré que le binding peut être modulé par certains facteurs comme l'organisation des informations ou les émotions. Sur le plan cérébral, ces modulations dépendraient de l'activité conjointe de régions frontales (par ex. cortex préfrontal, orbitofrontal) et temporales médianes (par exemple, région hippocampique, amygdale). Ces régions cérébrales sont structurellement et fonctionnellement touchées dans la SZ, suggérant que les déficits du binding constitueraient un élément central dans la symptomatologie de la SZ.

Ce programme de recherche vise à étudier les corrélats cognitifs et neuronaux des déficits de binding dans la SZ, afin d'aboutir à une meilleure compréhension de ses bases physiopathologiques. A terme, ce programme pourrait aboutir à la mise au point de nouvelles thérapeutiques améliorant le fonctionnement cognitif des patients.