Le role du canal ionique TMEM16A à la surface des cellules endothéliale de la barrière hémo-encéphalique dans le contexte de la sclérose en plaques.

 

Marc-André Lécuyer

Georg-August-Universität Göttingen

 

Domaine : Maladies infectieuses et immunitaires

Programme : Formation postdoctorale (citoyens canadiens ou résidents permanents)

Concours 2016-2017

Partenaire:

Société canadienne de la sclérose en plaques

La barrière hémo-encéphalique (BHE) est instrumentale à la restriction du passage de composés toxiques et au contrôle de l'entrée des cellules immunitaires dans le cerveau et la moelle épinière, aussi connue sous le nom de système nerveux central (SNC). Lors de maladie neuro-inflammatoire comme la sclérose en plaques (SEP), l'étanchéité de la BHE est détériorée et celle-ci permet donc aux globules blancs de pénétrer dans le SNC. Ces cellules immunitaires sont directement ou indirectement responsables des dommages causés aux neurones et aux oligodendrocytes (cellules qui supportent l'activité neuronale). Afin de prévenir la formation de plaques/régions démyélinisées dans le SNC et la progression de la maladie, ce projet vise à comprendre les étapes initiales qui sont impliquées dans la désintégration de la BHE.

Le but principal de ce projet de recherche consiste à étudier le rôle de TMEM16A, un canal ionique, durant l'activation des cellules endothéliales formant la BHE et ce pendant les premiers événements qui mènent à la neuro-inflammation. Pour ce faire, nous allons utiliser des anticorps bloquants et des composés pharmacologiques afin d'empêcher les fonctions normales de TMEM16A. En utilisant des souris transgéniques dans lesquelles TMEM16A est absent des cellules endothéliales de la BHE, nous allons aussi étudier le rôle de ce canal durant l'EAE, le modèle animal de la SEP. En supposant que TMEM16A est effectivement une des molécules clefs impliquées dans la détérioration initiale de la BHE, la modulation de ce canal ionique pourrait alors prévenir tous les événements inflammatoires sous-jacents qui conduisent au développement de la SEP.