Le rôle de Nod1 et Nod2 dans la défense immunitaire

 

Jörg Hermann Fritz

Université McGill

 

Domaine :  Maladies infectieuses et immunitaires

Programme chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2013-2014

De récentes avancées en ce qui a trait au fonctionnement de notre système immunitaire ont conduit à la découverte de plusieurs protéines de l'hôte dont le rôle est de détecter les patrons moléculaires des microorganismes pathogènes et, ce faisant, « d'éduquer » notre réponse immune antimicrobienne. Ce phénomène a été mis en lumière en observant les polymorphismes et les mutations à l'intérieur de gènes humains qui codent pour une famille de protéines appelées Nod-like-receptor (NLR).

Les récepteurs protéiniques Nod1 et Nod2, par exemple, sont impliqués dans cette opération de détection des pathogènes. Le chercheur Jörg Hermann Fritz, qui se spécialise dans les mécanismes sous-jacents à une réponse immunitaire durable, a de bonnes raisons de croire que ces défauts, dans leur conformation, pourraient être liés à une résistance antimicrobienne déficiente ainsi qu'à des désordres susceptibles d'entraîner des états d'inflammation chronique.

Aussi, l'intérêt majeur de son laboratoire est-il d'élucider les mécanismes cellulaires et moléculaires (à la base de la réponse immune) qui sont activés au moment de la reconnaissance des pathogènes par les récepteurs NLR – et plus particulièrement Nod1 et Nod2. Selon le chercheur, ces éléments pourraient se retrouver bientôt au centre des nouvelles stratégies de production de vaccins prophylactiques, dont nous avons encore grand besoin pour arriver à juguler efficacement les vagues récurrentes d'agents infectieux.