Le devenir des enfants infectés et des enfants affectés par le VIH

 

Fatima Kakkar

Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire Ste-Justine

 

Domaine : maladies infectieuses et immunitaires

Programme chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 1

Concours 2016-2017

Actuellement, 2,6 millions d'enfants vivent avec le VIH, le virus responsable du SIDA, à travers le monde. Bien que nous disposions d'excellents médicaments pour traiter cette maladie, il n'existe encore aucun moyen de la guérir : lorsque le traitement est amorcé, il doit être poursuivi à vie. Pourtant, des chercheurs ont récemment rapporté le cas de deux enfants nés avec le VIH, chez lesquels le traitement avait été entrepris dès la naissance puis arrêté après quelques années, et qui ont été capables de maîtriser le virus sans traitement. Grâce à l'étude de leur système immunitaire, nous commençons à comprendre comment d'autres enfants pourraient être guéris. Nous pensons que c'est grâce à la mise en route très précoce du traitement (dans les heures suivant la naissance) plutôt que plus tard dans la vie. En collaboration avec d'autres chercheurs du Canada, je vais étudier si ce type de traitement très précoce est bénéfique pour les enfants et comment cela peut mener à la guérison.

Malgré tout, mieux vaut prévenir que guérir. Chaque année, on compte au moins 220 000 nouveaux enfants infectés par le VIH, le plus souvent transmis par leur mère; si une femme enceinte VIH+ n'est pas traitée, la probabilité qu'elle transmette le virus à son bébé est de 30 %. Pour réduire ce risque, on donne aux femmes enceintes VIH+ des médicaments pendant la grossesse. Bien que ces médicaments soient nécessaires pour prévenir la transmission du virus, ils peuvent avoir des effets indésirables à long terme. Le second volet de mon programme de recherche est l'étude des effets de l'exposition in utero à ces médicaments sur les nourrissons afin de déterminer ceux qui seraient le moins néfastes tout en prévenant la transmission du VIH.