La plasticité synaptique et la neurophysiologie chez les personnes présentant des anomalies des chromosomes sexuels: à la recherche d'un marqueur neurophysiologique du trouble du spectre autistique

 

Jean-François Lepage

Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS)

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2016-2017

Le trouble du spectre de l'autisme (TSA) est une maladie fréquente caractérisée par des déficits socio-communicationnels et la présence d'intérêts restreints. Bien que les mécanismes neurophysiologiques à la base du TSA demeurent à clarifier, des données convergentes suggèrent qu'une plasticité synaptique anormale serait au cœur de la pathophysiologie du TSA. Cependant, l'étude du TSA sur la seule base du phénotype clinique rend difficile la découverte d'anomalies neurophysiologiques. En effet, le diagnostic TSA amalgame des maladies d'étiologies diverses ayant vraisemblablement des mécanismes hétérogènes (ex. hypo-plasticité vs hyper-plasticité), mais avec des conséquences similaires au niveau du phénotype clinique.

Une approche prometteuse pour étudier les bases neurophysiologiques du TSA consiste à étudier des sous-groupes homogènes, définis en fonction de bases génétiques communes, afin d'établir la contribution de facteurs génétiques précis sur la plasticité synaptique, la structure et le fonctionnement du cerveau. Dans une approche ciblée sur le chromosome X, nous proposons d'étudier la plasticité synaptique et la connectivité cérébrale, en lien avec le phénotype clinique, chez trois populations cliniques caractérisées par des troubles sociocognitifs apparentés au TSA : le syndrome du X-fragile (SXF), le syndrome de Turner (ST), et le syndrome de Klinefelter (KS).   

Dans l'ensemble, mon programme de recherche vise à tester l'hypothèse chez l'humain que le TSA est un trouble de plasticité synaptique. Pour ce faire, j'utiliserai la stimulation magnétique transcrânienne et l'imagerie par résonance magnétique afin de documenter la présence d'anomalies neurophysiologiques, en lien avec le profil sociocognitif, chez les personnes avec le SXF, ST, et KS, qui sont a fort risque de TSA.