La fonction olfactive dans le dépistage pour une dépression chez les traumatismes crânio-cérébraux

 

Johannes Frasnelli

Centre de recherche de l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme consortium pour le développement de la recherche en traumatologie - volet 2

Concours 2014-2015

Partenaires

Ministère de la Santé et des Services sociaux
Société de l'assurance automobile du Québec
Réseau privincial de recherche en adaptation-réadaptation
Association québécoise d'établissements de santé et de services sociaux
Associtation des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec

Les traumatismes crânio-cérébraux (TCC) sont la première cause de mortalité et d'invalidité chez les jeunes adultes dans les pays industrialisés. Chaque année, il y a plus de personnes qui  souffrent d'un TCC que de la maladie de Parkinson, de la sclérose en plaques et de l'épilepsie réunies. La majorité des victimes sont  jeunes et sur le point d'entamer les années les plus productives de leur vie. Cependant, plusieurs conséquences sérieuses à long terme peuvent indisposer et/ou handicaper les patients.

Parmi les conséquences néfastes les plus souvent observées, on compte les complications psychiatriques telles que l'anxiété, des symptômes dépressifs et/ou la dépression. Tandis que les mécanismes exacts de la dépression causée par un TCC sont encore inconnus, plusieurs études suggèrent qu'elle pourrait être causée par l'impact de l'accident sur des régions cérébrales spécifiques. Les mêmes régions sont impliquées dans le traitement olfactif; il n'est donc pas surprenant que les troubles olfactifs soient très communs chez les patients avec un TCC.

Nous proposons donc que les tests olfactifs administrés dans les jours qui suivent un TCC permettent de saisir l'altération de certaines régions du cerveau et de prédire le développement ou non d'une dépression à long terme. Aujourd'hui, nous ne sommes pas encore capables de prédire quel patient avec un TCC développera des complications psychiatriques avec les temps. L'association entre fonction olfactive et symptômes dépressifs permettra éventuellement, dans l'avenir, un traitement précoce  adéquat pour aider à prévenir et minimiser les complications à long terme liées à un TCC.