La biologie computationnelle et systèmes pour enquêter sur radio-induites toxicités tissu normal en radiothérapie

 

Issam El Naqa

Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (CUSM)

 

Domaine : Cancer 

Programme chercheurs-boursiers  Junior 2

Concours 2012-2013

L'épidémie de cancer au Canada et au Québec est une réalité alarmante qui exige fondamentalement de nouveaux éclairssissements sur les stratégies thérapeutiques en cours de conception. Près de la moitié de tous les patients atteints de cancer sont traités par radiothérapie dans le cadre de leur traitement, ce qui est en fait l'option principale de traitment à des stades avancés. Cependant, l'hypersensibilité aux radiations qui se manifeste comme un hôte de toxicités et de reactions inflammatoires des tissus normaux est le principal facteur limitant la réussite du traitement de nombreux types de cancer et le principal obstacle à l'application de nouvelles modalités de radiothérapie prometteuses.

Un objectif clé de la recherche en radiothérapie moderne consiste en la prédiction des risques de toxicité induite par radiations au moment de la planification du traitement de chaque patient. En raison de la complexité inhérente et de la variabilité de la réponse biologique à la radiothérapie, les modèles physiques ou biologiques actuels, pris séparément, sont insuffisants pour prédire ce risque. Par conséquent, nous étudions une nouvelle approche qui intègre les données biologiques pertinentes tout en contrôlant les variations physiques de la même population en utilisant l'intelligence artificielle et des techniques bioinformatiques. Nous envisageons de mener des études rétrospectives et prospectives chez les patients qui se font traités par radiothérapie au CUSM.

Les données recueillies et la méthodologie développée pourraient offrir une meilleure compréhension des toxicités induites par radiations et de leurs mécanismes de signalisation tout en permettant de meilleurs modèles prédictifs du risque de toxicité. Les découvertes de nos recherches pourraient être utilisées en clinique afin de personnaliser les plans de traitement des patients, réduire le risque de complications ou fournir une thérapie qui est plus intensive pour les patients susceptibles d'en bénéficier.