Issues périnatales chez les femmes vivants avec le VIH

 

Isabelle Boucoiran

Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine

 

Domaine : santé de la mère, des enfants et des adolescents

Programme chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 1

Concours 2015-2016

Les efforts mondiaux pour éliminer la transmission périnatale du VIH (transmission mère-enfant), sont basés sur l'accès à grande échelle à la thérapie antirétrovirale (TAR). Il est primordial de comprendre l'impact de ces traitements pendant la grossesse pour s'assurer que la prévention de la transmission périnatale du VIH n'a pas de conséquences supplémentaires sur la santé des femmes.

L'infection par le VIH et la TAR ont été associées à des issues périnatales défavorables, telles que l'accouchement prématuré, le retard de croissance (petit poids pour l'âge de grossesse ) et la prééclampsie (condition maternelle sévère associée à de la haute pression). A ce jour, ces issues périnatales défavorables chez les femmes infectées par le VIH n'ont pas été bien comprises. Nous utiliserons les données du Centre Materno-Infantile sur le SIDA (CMIS, CHU Sainte-Justine, Montréal, Qc) et du centre de référence en Colombie-Britannique (Oak Tree Clinic, BC Women's Hospital, Vancouver, BC) pour décrire en détail ces issues dans le contexte canadien et explorer leurs causes.

La physiopathologie multifactorielle des issues périnatales défavorables implique des processus immunologiques et inflammatoires, une perturbation de la formation du placenta et des déséquilibres hormonaux. Afin de comprendre l'impact de la TAR et de l'infection par le VIH nous utiliserons: (1) les taux maternels de biomarqueurs utilisés pour le dépistage d'anomalies fœtales, qui sont aussi associés à des issues périnatales défavorables; (2) le dosage sur des échantillons provenant de la biobanque du CMIS de biomarqueurs spécifiques de l'inflammation tels que les cytokines, d'hormones telles que la progestérone, et autres.

Les résultats de ces enquêtes fourniront des informations sur les besoins spécifiques des femmes enceintes infectées par le VIH et influenceront les directives cliniques en ce qui concerne la meilleure TAR pendant la grossesse.