Interactions entre la douleur et l'apprentissage moteur : mécanismes, impacts et nouvelles avenues pour la réadaptation

 

Catherine Mercier

Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale de l'IRDPQ

 

Domaine : appareil locomoteur et arthrite

Programme chercheurs-boursiers - Senior

Concours 2014-2015

La douleur est l'un des symptômes les plus fréquents et incapacitants suite à une blessure. En réadaptation physique, la majorité des patients recevant un entraînement intensif pour améliorer leurs fonctions motrices souffrent de douleur. Ceux-ci récupèrent moins bien que les patients qui ont des atteintes motrices similaires, mais sans douleur concomitante. Des recherches fondamentales utilisant la douleur expérimentale chez des humains ou des animaux ont montré que la douleur interfère avec le fonctionnement des régions du cerveau et de la moelle épinière impliquées dans le contrôle du  mouvement, ce qui peut nuire aux capacités d'apprentissage moteur.

L'objectif général  de ce programme de recherche est de répondre à une question simple, mais importante au plan clinique : Comment les patients peuvent-ils apprendre de nouvelles tâches motrices (et se rappeler de ce qu'ils ont appris) s'ils sont en douleur au moment de leur réadaptation? Plusieurs études seront réalisées pour déterminer si la présence de douleur (artificielle ou clinique) interfère avec l'apprentissage, et comprendre les mécanismes sous-jacents dans le cerveau et la moelle épinière.  La capacité d'apprendre de nouveaux mouvements sera évaluée à l'aide de systèmes robotisés qui peuvent perturber le mouvement (soit la marche ou des mouvements des bras) et mesurer à quel point les personnes s'adaptent adéquatement et rapidement afin de retrouver leur patron de mouvement normal.

L'étape suivante consistera à évaluer des approches d'intervention qui pourraient à la fois réduire la douleur et améliorer le mouvement. Nous développons à cette fin un système de réalité virtuelle utilisant des avatars afin d'offrir aux patients une rétroaction visuelle artificielle au sujet des mouvements de leur corps. Ce système sera employé pour traiter la douleur et promouvoir la récupération motrice chez des paraplégiques, ainsi que pour réduire la peur du mouvement chez des personnes souffrant de maux de dos chroniques.