Intégration des identités sociales et des comportements sociaux dans le concept de soi : implications pour le bien-être et la santé psychologique

 

Catherine Amiot

Université du Québec à Montréal

 

Domaine : santé des populations

Programme chercheurs-boursiers - Junior 2

Concours 2015-2016

La réponse à la question ‘‘qui suis-je?'' a un impact concret tant sur nos relations avec les gens qui nous entourent que sur notre propre bien-être et santé mentale. Dans nos sociétés individualistes, l'appartenance aux groupes culturels et sociaux demeure fondamentale et a un impact sur notre santé psychologique et physique. Nous avons observé que plus les individus développent un sentiment d'appartenance et d'identification à un nouveau groupe social ou culturel et incorporent cette nouvelle identité de manière harmonieuse dans leur concept de soi, meilleur sera leur bien-être psychologique. Toutefois, le fait de s'identifier aux groupes peut aussi amener les gens à accepter librement d'émettre certains comportements qui sont valorisés dans leur groupe mais qui ont des conséquences négatives pour ceux qui ne font pas partie du groupe (discrimination).

Le premier objectif de ce programme de recherche est de mieux comprendre comment l'identification à un nouveau groupe culturel se développe quotidiennement pour en venir à affecter le bien-être psychologique à plus long terme. Le deuxième objectif vise à vérifier comment le fait de suivre les normes néfastes (e.g., discriminatoires) du groupe d'appartenance influence le bien-être et la santé mentale des individus qui s'engagent dans ces actes. Un troisième objectif vise à déterminer jusqu'à quel point notre appartenance sociale peut être large et inclusive – de manière à dépasser le cadre des relations humaines et à inclure même les animaux – et à vérifier si une telle identité sociale a un impact bénéfique sur la santé psychologique humaine.

Cette recherche ouvrira la porte à de nouvelles interventions et politiques publiques qui permettront non seulement d'optimiser la santé mentale des populations mais aussi d'améliorer les relations entre les membres de divers groupes culturels et sociaux.