Identifier les patients à risque de douleur chronique après un traumatisme craniocérébral modéré/sévère dès les premiers jours d'hospitalisation aux soins intensifs

 

Caroline Arbour

CIUSSS du Nord-de-l'Île-de-Montréal

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme Consortium pour le développement de la recherche en traumatologie - Volet 1

Concours 2018-2019

Année après année, la douleur chronique demeure parmi les séquelles les plus fréquemment rapportées 6 à 12 mois après un traumatisme craniocérébral (TCC) modéré/sévère. En plus de miner la qualité de vie, une douleur persistante et invalidante affecte la reprise des activités et le retour au travail des patients qui survivent à un TCC. Les coûts humains et monétaires liés à la douleur après un TCC sont par conséquent énormes. Or, ce ne sont pas tous les patients qui vont développer une douleur chronique après un trauma majeur. Malheureusement, nous sommes incapables à l'heure actuelle d'identifier les patients qui vont développer un syndrome douloureux après un TCC modéré/sévère. Nous savons toutefois que les changements physiopathologiques liés à la persistance de la douleur s'amorcent dans les 7 premiers jours suivants un traumatisme du système nerveux. Pour les patients atteints d'un TCC modéré/sévère, cette période correspond généralement à la période de prise en charge aux soins intensifs. L'identification des patients TCC à risque de douleur chronique dès leur passage aux soins intensifs permettrait d'ajuster l'approche analgésique et d'initier un suivi interprofessionnel.

Ce projet vise donc à identifier, dès les premiers jours d'hospitalisation, les individus à risque de développer une douleur persistante et invalidante après un TCC modéré/sévère. Pour y parvenir, des variables cliniques se rapportant à la sévérité du traumatisme (TCC et moelle épinière), à l'inflammation et au soulagement de la douleur seront recueillies. L'âge ainsi que la médication analgésique et sédative seront aussi documentés. La capacité de ces variables à prédire la douleur chronique entre 6 et 12 mois post-TCC sera évaluée. La finalité ultime de ce projet est d'établir un protocole d'évaluation précoce et standardisé permettant d'identifier les patients à risque de douleur chronique après un TCC modéré/sévère dès les premiers jours d'hospitalisation aux soins intensifs.