Hypertension artérielle pulmonaire : une approche translationnelle et multidisciplinaire

 

Steeve Provencher

Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

 

Domaine : santé circulatoire et respiratoire

Programme chercheurs-boursiers cliniciens - Senior

Concours 2015-2016

L'hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est caractérisée par l'augmentation progressive de la pression artérielle pulmonaire et une insuffisance cardiaque droite. HTAP touche principalement les jeunes entre 20-60 ans. Malgré les thérapies actuelles, beaucoup gardent un essoufflement, ont une mauvaise qualité de vie et meurent dans les 5 ans. Ce mauvais pronostic est dû à: 1) l'incompréhension des mécanismes responsables de la progression de l'HTAP; 2) l'absence de bons marqueurs identifiant les patients au stade précoce de la maladie ou prédisant la réponse au traitement; 3) une compréhension limitée des mécanismes responsables de l'intolérance à l'effort et; 4) outils inappropriés pour évaluer l'impact des nouveaux traitements sur le bien-être des patients.

Le programme proposé vise à améliorer la gestion des patients, leur qualité de vie et leur survie. Pour ce faire, je vais 1) explorer deux hypothèses prometteuses qui pourraient expliquer la progression de l'HTAP, y compris le développement anormal de nouveaux vaisseaux et le dérèglement des mécanismes qui influencent l'expression des gènes (le lecteur épigénétique BRD4). Surtout, ces projets ont un fort potentiel d'améliorer les soins aux patients car ces traitements sont déjà en phase d'essai clinique pour diverses autres maladies ; 2) évaluer la capacité de nouveaux marqueurs sanguins à détecter l'HTAP et à prédire la réponse au traitement ; 3) explorer de nouveaux mécanismes de l'intolérance à l'effort et valider de nouveaux outils pour mesurer la qualité de vie. Ces projets sont susceptibles de soutenir le développement de nouveaux médicaments. Enfin, 4) évaluer l'efficacité de deux nouvelles thérapies dans l'HTAP humaine par une étude pilote et un essai clinique de phase 2.

Ultimement, la réalisation de ce programme inspirera de nouvelles pistes de recherche et potentiellement de nouvelles thérapies pour cette maladie encore mortelle.