Histones déméthylases et modulation de l'activité des cellules souches hématopoïétiques

 

Sonia Cellot

Centre de recherche du CHU Ste-Justine

 

Domaine : Cancer

Programme chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 1

Concours 2012-2013

Dans le domaine du cancer pédiatrique, la leucémie (cancer du sang) du nourrisson demeure un défi thérapeutique considérable, le pronostic de survie étant faible. Une des forces motrices de ce cancer est une anomalie survenant dans un gène essentiel au maintien des cellules sanguines, nommé Mll, que l'on retrouve aussi dans les leucémies induites par les agents de chimiothérapie. Dans le travail proposé, une famille émergeante de gènes, les histones déméthylases (HD), antagoniste de Mll, sera étudiée dans le système sanguin, de par les résultats de mes travaux qui suggèrent un rôle de ces candidats dans les cellules normales du sang et la leucémie. Ce travail vise à approfondir notre compréhension des cellules sanguines normales, et soutenir le développement de cibles thérapeutiques spécifiques dans le traitement de la leucémie.

Les cellules souches sanguines sont rares, mais indispensables pour soutenir la production des cellules matures du sang, un tissu en constant renouvellement. Le succès de la greffe de moelle osseuse parfois utilisée dans le traitement de la leucémie dépend de ces cellules cruciales. Aussi, des cellules souches leucémiques sont nouvellement décrites, témoignant d'un sous-groupe de cellules cancéreuses exceptionnellement douées pour maintenir l'activité tumorale. Comme l'HD Jarid1b semble opposer le rôle de Mll dans les cellules souches sanguines selon mes résultats préliminaires, le premier but de cette application est d'identifier les régions spécifiques du noyau de la cellule régulées par Jarid1b.

En effet, l'information génétique contenue dans une cellule se trouve dans son noyau. Ce travail contribuera à déchiffrer le code spécifique requis pour préserver l'identité cellulaire souche, et ce de façon aberrante dans les leucémies. Le rôle des HD sera aussi validé dans des cellules humaines, grâce à la préservation des échantillons pédiatriques via la Banque de Cellules Leucémiques du Québec.