Favoriser le rétablissement et réduire la stigmatisation parmi les personnes ayant des troubles de santé mentale graves

 

Rob Whitley

Institut universitaire en santé mentale Douglas

 

Domaine : Neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme Chercheurs-boursiers - Junior 2

Concours 2016-2017

Les gens avec une maladie mentale grave souffrent beaucoup de stigmate et de discrimination, même si l'évidence suggère qu'ils peuvent réaliser un bon rétablissement. Durant les prochains quatre ans, je vais examiner les facteurs qui peuvent diminuer le stigmate et favoriser le rétablissement dans ce groupe.

Je dirige présentement deux projets avec ce but (1) je travaille avec des individus qui vivent avec une maladie mentale grave en créant et distribuant des vidéos qui peuvent dissiper les stéréotypes et dévoiler la réalité d'un rétablissement. Ces vidéos seront exposés aux écoles, universités, hôpitaux, police, employeurs et au public général. Ensuite, on évaluera si les vidéos ont réduit les stéréotypes et le stigmate; (2) j'examine comment le média Canadien dépeigne la maladie mentale. Dans cette étude, on a récemment crée des directives et un site web. J'ai aussi récemment visité plusieurs écoles de journalisme pour leur expliquer les meilleures façons de reporter sur la maladie mentale.

Je prévois de commencer deux nouvelles études dans quatre ans qui suivent.

La première sera un renouvellement et une expansion de l'étude média déjà mentionnée, qui va maintenant aussi inclure les média sociaux. Nous examinerons ensuite l'impact de nos directives sur les médias. Nous examinerons également les habitudes de consommation de médias par les individus atteints d'une maladie mentale grave, et développer des programmes pour les aider à naviguer les médias sociaux afin d'améliorer le rétablissement.

Dans l'autre étude, je travaillerai étroitement avec les centres pour personnes atteintes d'une maladie mentale pour cibler leurs activités aux services qui sont orientés vers le rétablissement et l'intégration sociale. Ceci impliquera de commencer de nouvelles activités comme des ateliers d'emploi et des classes éducatives. Nous évaluerons ensuite le processus de la transition aussi bien que l'effet sur le rétablissement.