Études translationnelles de mTOR dans l'inflammation et le cancer

 

Arnold Kristof

Université McGill

 

Domaine : santé circulatoire et respiratoire

Programme chercheurs-boursiers cliniciens - Senior

Concours 2015-2016

J'étudie comment une protéine, appelée «cible de la rapamycine chez les mammifères», ou mTOR, contrôle la survie ou la mort des cellules. mTOR peut détecter les niveaux d'acides aminés, qui sont des blocs de construction pour la synthèse de nouvelles protéines. Lorsque les acides aminés sont réduits, mTOR dit à la cellule d'arrêter les processus consommant de l'énergie, et de cesser  sa croissance. Une réduction prolongée d'acides aminés peut mener à la mort cellulaire. D'autre part, une suractivité de mTOR conduit à une croissance cellulaire et à une survie inappropriée, ce qui est caractéristique du cancer.

Dans cette demande, je propose d'étudier les mécanismes cellulaires par lesquels la réduction alimentaire en acides aminés augmente la mort cellulaire et l'atteinte des poumons lors d'une infection bactérienne. Nous étudions aussi une maladie appelée lymphangioleiomyomatose, ou LAM, qui ressemble à un cancer léger du poumon causé par l'activité excessive de mTOR. Nous avons trouvé une nouvelle cible thérapeutique qui sera testée chez la souris comme un traitement potentiel pour la LAM. Nos études sur la protéine mTOR donneront naissance à de nouvelles approches thérapeutiques qui pourraient être utilisées chez les patients pour prévenir ou traiter les maladies pulmonaires.