Études cliniques et translationnelles des tumeurs surrénaliennes : FOXM1 et les récepteurs aberrants sont les nouvelles cibles thérapeutiques potentielles

 

Isabelle Bourdeau

Centre de recherche du CHUM

 

Domaine : nutrition et métabolisme

Programme chercheurs-boursiers cliniciens - Senior

Concours 2014-2015

Contexte : Les lésions des glandes surrénales incluent les adénomes, les hyperplasies et plus rarement les carcinomes. Les mécanismes moléculaires impliqués dans le développement des tumeurs surrénaliennes demeurent en partie méconnus. Malheureusement, lorsque les tumeurs surrénaliennes sont malignes les traitements actuels sont limités et le pronostic demeure sombre pour les patients affectés. Même si les tumeurs sont bénignes, elles peuvent engendrer des syndromes cliniques associés à un excès de production d'hormones  et le traitement le plus efficace demeure  ultimement la chirurgie. Ainsi, l'identification de nouveaux marqueurs pronostiques et diagnostiques et de nouvelles thérapies médicales sont requises pour une meilleure prise en charge clinique des patients atteints de tumeurs des glandes surrénales.
 
Travaux antérieurs : Nous avons observé pour la première fois que 15 % des adénomes surrénaliens sont porteurs de mutations du gène-caténine et plus récemment nous avons identifié des altérations génétiques dans le gène AXIN2 dans un sous-groupe de tumeurs. Nous avons également proposé dans les dernières années de nouveaux mécanismes de sécrétion des hormones surrénaliennes en identifiant la présence de récepteurs aberrants dans les glandes surrénales contrôlant plus spécifiquement la production de cortisol ouvrant une nouvelle porte à des avenues thérapeutiques jamais explorées auparavant dans le contrôle hormonal.  

Objectifs : 1) caractériser l'implication d'un facteur nommé FOXM1 qui est surexprimé dans les cancers surrénaliens et qui n'a jamais été étudié dans les tumeurs des glandes surréanles. FOXM1 pourrait devenir une nouvelle cible thérapeutique pour les patients atteints de cancer. 2) poursuivre la caractérisation de l'implication des récepteurs aberrants dans le contrôle hormonal  d'une autre hormone d'origine surrénaliennes, soit l'aldostérone.

Signification :  Ces travaux pourraient conduire à l'identification de nouvelles cibles thérapeutiques pour une meilleure prise en charge des patients atteints de tumeurs des glandes surrénales.