Etude des risques élevés de psychoses fondée sur des données recueillies chez des fratries non affectées

 

Mallar Chakravarty

Centre de recherche de l'IUSM Douglas

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2015-2016

Les personnes souffrant de psychoses majeures, telles que la schizophrénie et les troubles bipolaires, partagent souvent un ensemble de symptômes qui incluent des hallucinations, un manque de motivation et des idées délirantes.  Malheureusement, ces troubles peuvent se déclarer à l'adolescence ou l'âge adulte et peuvent gravement nuire à leur capacité de travailler ou de fonder une famille.  Avant de souffrir d'une crise de psychose, les personnes peuvent passer par une période de "haut risque" où elles peuvent commencer à éprouver des symptômes, mais inférieurs à un seuil clinique.  En outre, l'un des plus grands facteurs de risque de ces troubles est l'histoire de la famille.  Les frères et sœurs, même s'ils ne sont pas atteints, peuvent partager certains déficits du cerveau souvent observés chez les personnes souffrant de la psychose.

Le but de mon programme de recherche est d'étudier l'anatomie du cerveau de personnes qui sont dans l'état à haut risque, leurs frères et sœurs non atteints, et les contrôles normaux à l'aide de nouvelles techniques d'imagerie par résonance magnétique (IRM) à haute résolution développées dans mon laboratoire. Je vais aussi acquérir des données en deux occasions afin de mieux comprendre l'évolution de l'anatomie du cerveau, en particulier dans les cas où les symptômes des personnes à haut risque se sont améliorés. 

L'objectif général de mon programme, est de mieux comprendre la résilience du cerveau aux psychoses majeures à travers l'étude de patients dont les symptômes se sont améliorés et dont les frères et sœurs en bonne santé ne souffrent pas des psychoses. Mon but est que, par la compréhension des signatures cérébrales de la résilience face aux grandes psychoses, je puisse proposer le développement de nouvelles interventions afin de mieux servir les groupes souffrant de psychoses.