Étude de l'impact des contaminants environnementaux sur le développement des fonctions cérébrales

 

Dave Saint-Amour

Centre de recherche du CHU Ste-Justine

 

Domaine : Santé de la mère, des enfants et des adolescents

Programme Chercheurs-boursiers - Senior

Concours 2016-2017

 

Santé Canada reconnait que l'exposition aux toxines environnementales (e.g., métaux lourds, pesticides et retardateurs de flammes)  représente un facteur de risque non-négligeable pour la santé, incluant le fonctionnement du cerveau. Plusieurs études font état d'altérations des fonctions sensorielle et cognitive chez les enfants exposés à des niveaux élevés de contaminants. Cependant, plusieurs questions de recherche demeurent sans réponses quant à la nature des déficits observés.

D'une part, nous ne connaissons pas les mécanismes physiopathologiques par lesquels les contaminants altèrent le développement des fonctions cérébrales, incluant les conséquences à long terme. D'autre part, la généralisation des résultats obtenus à ce jour – provenant surtout d'études menées auprès de populations issues de minorités ethniques et/ou à faibles revenus – doit être vérifiée. Il est en effet fondamental de savoir jusqu'à quel point les effets délétères des contaminants sont présents dans la population générale, laquelle est exposée à des concentrations inférieures, mais bien réelles.

Le but de ce programme de recherche est d'améliorer notre compréhension des altérations cérébrales associées à l'exposition aux contaminants environnementaux selon une perspective de vie entière, en tenant compte précisément de l'influence de plusieurs variables sociodémographiques. D'une part, l'impact de l'exposition aux contaminants sera étudiée auprès d'enfants et d'adolescents avec des méthodes de neuroimagerie dans deux cohortes prospectives bien documentées : une dans le nord du Québec (Nunavik) et l'autre dans la région Centre-du-Québec.

D'autre part, étant donné que la vision est un excellent modèle d'investigation de la neurotoxicité environnementale,  nous déterminerons dans quelle mesure les problèmes visuels présents dans la population générale sont associés aux contaminants, que ce soit chez les enfants, adultes ou personnes âgées, ces dernières constituant une autre population vulnérable à laquelle il importe de s'attarder.