Étude comparative des circuits neuronaux entre voyants et non-voyants utilisant simultanément l'IRM de structure et de diffusion

 

Hélène Nadeau

Centre de recherche en neuropsychologie et cognition (CERNEC)

 

Domaine : Neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme Programme d'appui à la recherche pour les enseignants-chercheurs de collège

Concours 2016-2017

Il est bien connu que la plasticité du cerveau permet de compenser pour un handicap. Par exemple, chez les aveugles, des régions du cerveau normalement utilisées principalement par la vue, en particulier  le cortex occipital, sont réorganisées pour traiter des stimuli audio. En fait, les compensations sont telles que les aveugles présentent souvent une acuité auditive supérieure à la moyenne. Cependant, le degré et le type d'adaptation dépendent beaucoup de l'âge auquel la personne est devenue aveugle et varient d'un individu à un autre.
Ce projet vise l'étude des différences morphologiques et des connections neuronales entre les cerveaux de voyants et non-voyants.

À cette fin, nous utiliserons un programme informatique que nous avons développé récemment. Celui-ci analyse simultanément  les informations de structure et de diffusion d'images en résonnance magnétique permettant de quantifier les variations de grosseur, de forme et de connections d'un cerveau à l'autre. Nous l'appliquerons à trois groupes : des aveugles précoces (devenus aveugles avant l'âge de cinq ans), des aveugles tardifs (devenus aveugles à l'adolescence ou à l'âge adulte) et des voyants, tous adultes au moment de l'enregistrement des images. Nous comptons mettre en lumière des différences significatives entre les trois groupes et ainsi mieux comprendre les détails des mécanismes d'adaptation du cerveau à la privation d'un sens.

Plusieurs types d'interventions peuvent améliorer l'autonomie de la personne handicapée visuellement en autant qu'elles soient bien ciblées. L'intervention, que ce soit une chirurgie du nerf optique, l'implantation d'une neuroprothèse ou autre, doit agir de concert avec les mécanismes d'adaptation en place.  Une compréhension approfondie de ceux-ci devrait donc mener à de meilleurs traitements.