Du sildénafil pour réparer les cerveaux des bébés qui ont souffert d'asphyxie à la naissance

 

Armin Yazdani

Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (CUSM)

 

Domaine : Santé de la mère, des enfants et des adolescents

Programme : Formation de doctorat

Concours 2016-2017

Partenaire:

Fondation des Étoiles

Certains bébés sont à risque de développer des dommages au cerveau, s'ils n'ont pas reçu suffisamment d'oxygène et de sang à leur cerveau et autres organes du corps au moment de la naissance (asphyxie). Le risque de décès ou de séquelles neurologiques tels que la paralysie cérébrale chez ces bébés est très élevé. Le refroidissement du corps entier est le seul traitement disponible pour essayer de prévenir les dommages au cerveau chez ces bébés. Ce traitement est efficace chez certains bébés, mais pas chez d'autres. Bon nombre de bébés asphyxiés la naissance développent encore des dommages au cerveau malgré le traitement par refroidissement.

Aucun traitement n'existe pour l'instant pour réparer ces dommages au cerveau. Le but de mon projet de recherche est de tester et de mieux comprendre le rôle potentiel du sildénafil pour réparer les cerveaux des bébés qui ont souffert d'asphyxie à la naissance. Les premiers résultats de ma recherche suggèrent que le sildénafil permet de diminuer la taille des dommages au cerveau et d'augmenter le nombre de cellules nerveuses, mais aussi de diminuer l'inflammation qui est mauvaise pour le cerveau. Dans mes prochaines expériences, je vais tester l'effet du sildénafil en combinaison avec le refroidissement pour voir si le résultat est encore plus marqué; et je vais aussi étudier plus en détail comment le sildénafil agit au niveau du cerveau des bébés.

Ces données devraient permettre de planifier des traitements additionnels chez les bébés qui ont souffert d'asphyxie à la naissance pour diminuer les dommages à leur cerveau et donc améliorer leur futur développement.