Développement d'évaluations prédictives à la récupération motrice et locomotrice suite à une LMÉ en vue de guider les interventions thérapeutiques

 

Dorothy Barthélemy

Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme consortium pour le développement de la recherche en traumatologie - volet 2

Concours 2013-2014

Partenaires

Ministère de la Santé et des Services sociaux
Société de l'assurance automobile du Québec
Réseau privincial de recherche en adaptation-réadaptation
Association québécoise d'établissements de santé et de services sociaux
Associtation des établissements de réadaptation en déficience physique du Québec

À la suite d'une lésion de la moelle épinière (LMÉ), la récupération motrice est très difficile, et ce, malgré une réadaptation intensive. Cette perte d'indépendance fonctionnelle diminue grandement la qualité de vie de ces individus, en plus d'entraîner des coûts sociaux et économiques importants. Il est donc urgent de développer des traitements efficaces pour optimiser leur récupération. Plusieurs approches thérapeutiques ont été développées dans les dernières années basées sur un traitement unique pour tout type de lésion, mais leur efficacité rencontre certaines limites dues à la grande variabilité des atteintes sensorielles et motrices des personnes ayant une LMÉ.

Nous postulons qu'un traitement optimal serait basé sur les caractéristiques anatomiques et physiologiques de la lésion pour chaque individu. Ainsi, dans cette étude, nous proposons d'évaluer, à l'aide de technologie de pointe en électrophysiologie et en neuroimagerie, les voies neuronales qui ont été interrompues ou épargnées par la LMÉ de manière précoce après la lésion. Ceci permettrait ainsi de guider le traitement durant les phases sub-aigues et de réadaptation intensive. En effet, les différentes voies nerveuses ont différentes fonctions, et la connaissance du type de voies atteintes permettrait de déterminer les déficits qui seront engendrés par la LMÉ. Puis, à l'aide de paradigmes de traitement novateurs, les voies nerveuses épargnées par la lésion pourraient être entraînées afin de compenser pour les voies qui ont été atteintes.

En somme, cette étude permettra d'identifier des mesures spécifiques qui, si utilisées de manière précoce après la lésion, pourraient prédire les déficits qui seront développés par chacun des individus, ce qui guidera les cliniciens vers des approches thérapeutiques spécifiquement adaptées à chaque individu ayant une LMÉ.