Conséquences rénales à long terme associées à la naissance prématurée : études expérimentale et clinique

 

Adrien Flahault

Centre hospitalier universitaire Sainte Justine

 

Domaine : santé circulatoire et respiratoire

Programme Formation postdoctorale (CITOYENS D'AUTRES PAYS)

Concours 2018-2019

Partenaire :

Fondation des Étoiles

La naissance extrêmement prématurée (NP, moins de 29 semaines de gestation) concerne 1% des naissances au Canada, et l'amélioration des techniques de soins intensifs néonataux a permis d'améliorer considérablement la survie de ces nouveaux-nés. Il a été montré que la NP entraînait des conséquences cardiovasculaires sur le long terme, notamment une hypertension artérielle beaucoup plus fréquente chez ces patients, ainsi qu'un risque plus élevé de maladies cardio-vasculaires. La NP est également associée à un risque plus élevé de maladies rénales, en raison notamment d'un plus faible nombre de néphrons (l'unité fonctionnelle du rein) à la naissance et d'agressions rénales extrinsèques précoces liées aux procédures de réanimation. Toutefois, la cause de cette sensibilité aux maladies rénales n'est pas bien identifiée. Il est possible que (i) l'hyperactivation du système rénine-angiotensine (SRA) et (ii) l'inflammation qui sont présents chez le nouveau-né prématuré aggravent la prédisposition de ces enfants à des maladies rénales.

Notre objectif est de déterminer s'il existe un lien entre ces deux éléments et l'atteinte rénale à l'âge adulte. Pour cela, nous proposons un projet de recherche translationnelle. D'une part, nous étudierons chez l'homme les facteurs prédisposant à la maladie rénale chez des adultes nés prématurément et qui ont bénéficié d'un suivi clinique tout au cours de leur vie au sein d'une cohorte. D'autre part, nous étudierons les effets de la modulation médicamenteuse du SRA et de l'inflammation sur le développement rénal dans un modèle animal de prématurité mis au point dans le laboratoire. Ces travaux aideront à mieux comprendre les facteurs qui conduisent au développement de maladies rénales chez l'adulte né prématurément, afin de limiter leur survenue, et d'évaluer dans un modèle animal le potentiel impact de certains médicaments qui pourraient protéger les reins des nouveaux-nés prématurés à long terme.