Comprendre les déterminants du contrôle de la maladie VIH : une vision vers une génération libérée du VIH

 

Cécile Tremblay

Centre hospitalier de l'Université de Montréal

 

Domaine : maladies infectieuses et immunitaires

Programme chercheurs nationaux

Concours 2014-2015

Bien que l'utilisation accrue de la thérapie antirétrovirale (ART), comme traitement ou moyen de prévention de l'infection par le VIH, a positivement modifié la dynamique de la pandémie, ces stratégies seules ne peuvent contrôler totalement l'épidémie à moins qu'elles ne soient combinées à une stratégie curative. Tel est le but de mon programme de recherche.

a) Vers une guérison du VIH : Les stratégies pour stimuler le système immunitaire ont beaucoup à apprendre des modèles de guérison fonctionnelle. C'est ce modèle que j'utiliserai dans mon programme grâce à la cohorte de rares individus capables de contrôler naturellement leur infection par le VIH que j'ai bâtie depuis 5 ans en m'entourant d'une équipe d'experts.

b) Vers l'élucidation du vieillissement prématuré associé au VIH: la persistence du VIH dans des réservoirs latents pourrait conduire à l'état chronique d'activation du système immunitaire laissant émerger des maladies communément liées à l'âge, telles les maladies cardio-vasculaires. Nous proposons de caractériser les voies moléculaires ainsi que les facteurs prédictifs menant à ces troubles chroniques.

c) Vers l'éradication de la transmission du VIH: Afin de guider nos efforts de prévention, une cascade des soins bien documentée doit être conjuguée à d'autres stratégies de prévention permettant de protéger les personnes à risque élevé de contracter le VIH. Ces deux stratégies engageront deux cohortes de patients: a) la cohorte « Ipergay », basée sur la prophylaxie d'un traitement antirétrovitral  « à la demande »; b) la cohorte d'individus HARSAH séronégatifs de Montréal, permettra de suivre l'infection par le VIH, l'incidence d'autres ITSS en plus d'offrir dépistage, conseils et de soutien.

Les stratégies proposées par mon programme de recherche sont nécessaires à la fois pour réduire la transmission du VIH, alléger le fardeau de la maladie de millions de personnes déjà infectées et limiter les coûts faramineux associés au traitement.