Comorbidités Psychiatriques et Maladie Pulmonaire Obstructive Chronique: Implications dans les Programmes de Réadaptation Respiratoire

 

Gregory Moullec

Centre de recherche de l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal

 

Domaine : Santé circulatoire et respiratoire

Programme chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2016-2017

Les patients souffrant de maladies pulmonaires obstructives chroniques (MPOC) sont devant un dilemne : leur maladie provoque un essoufflement au moindre effort, et ils deviennent de plus en plus limités dans leurs activités physiques. Ainsi, ils réduisent leurs déplacements et se sédentarisent, aggravant leur essoufflement et altérant leur qualité de vie. Au cours des 20 dernières années, la réadaptation respiratoire s'est imposée dans les programmes thérapeutiques mis à leur disposition. Ces programmes se structurent autour de trois  composantes : le réentraînement à l'effort, l'éducation thérapeutique, et le soutien psychologique. Très efficaces, ils améliorent à court terme la tolérance à l'effort des patients.

Si les patients décident malheureusement de quitter ces programmes, il est difficile de les convaincre de persévérer tout au moins au-delà de l'apparition de la première exacerbation de leur maladie. Poursuivre une activité physique nécessite un changement de comportement du patient face à la sédentarité, surtout si elle est ancrée mentalement dans ses habitudes de vie. Ce changement s'installera avec le temps grâce à un soutien psychosocial et une éducation thérapeutique. On pense spontanément à l'intérêt d'un tel soutien pour le bien-être des patients peu observant vis-à-vis le maintien d'une activité physique quotidienne, anxieux, voire dépressifs. Ce programme de recherche tentera, dans un premier temps, de comprendre l'effet de l'anxiété, de la dépression sur la difficulté à maintenir des comportements quotidiens (activité physique, régularité dans la prise de médication).

Finalement, il mesurera l'efficacité d'un dispositif pour les accompagner dans des groupes d'entraide et maintenir les acquis de leur réadaptation. En cas de succès, ce modèle d'accompagnement représenterait une solution prometteuse face au problème de disponibilités de soins hospitaliers, dans un contexte d'expansion du nombre de personnes atteintes de maladies pulmonaires obstructives chroniques.