Comment identifier précocément les nouveau-nés à risque de développer des lésions cérébrales malgré le traitement par hypothermie

 

Pia Wintermark

Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (CUSM)

 

Domaine : Santé de la mère, des enfants et des adolescents 

Programme chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 1

Concours 2012-2013

Certains bébés sont à risque de développer des dommages au cerveau, s'ils n'ont pas reçu suffisamment d'oxygène et de sang à leur cerveau au moment de la naissance (asphyxie). Le risque de décès ou de séquelles neurologiques tels que la paralysie cérébrale chez ces bébés est très élevé. Le refroidissement du corps entier est un nouveau traitement pour essayer de prévenir les dommages au cerveau chez ces bébés. Mais pour des raisons encore peu claires actuellement, ce traitement est efficace chez certains bébés, mais pas chez d'autres.

Les premiers résultats de ma recherche suggèrent qu'en mesurant le flux sanguin au cerveau, il serait possible de déterminer dans les premiers jours de vie quels bébés développeront des dommages au cerveau, malgré le traitement par refroidissement. Des résultats additionnels avec un plus grand nombre de patients sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Le but de ce programme de recherche clinique est de mieux comprendre comment les dommages au cerveau se forment chez ces bébés, en mesurant les anomalies du flux sanguin au cerveau par imagerie par résonance magnétique (IRM) et par surveillance au lit du malade (near-infrared spectroscopie, NIRS). Les buts spécifiques sont : (1) d'en apprendre plus sur les changements de flux sanguin au cerveau pendant le premier mois de vie chez les bébés asphyxiés traités par refroidissement; (2) de déterminer si les anomalies de flux sanguin pendant les premiers jours de vie peuvent prédire les futurs dommages au cerveau et le futur développement neurologique de ces bébés.

Ces données devraient permettre d'identifier le plus tôt possible les bébés à risque de développer des séquelles neurologiques malgré le traitement par refroidissement, et de planifier un ajustement du traitement chez ces bébés pour diminuer les dommages à leur cerveau et donc améliorer leur futur développement.