Changements vasculaires et facteurs de protection associés au stade préclinique de la maladie d'Alzheimer

 

Alexa Pichet Binette   

Institut universitaire en santé mentale Douglas

 

Domaine : Neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme : Formation de doctorat

Concours 2016-2017

Partenaire:

Société Alzheimer du Canada

La maladie d'Alzheimer (MA) est la cause de démence la plus fréquente. Elle touche plus de 15% de la population canadienne âgée de 65 ans et plus et engendre des coûts de 33 milliards de dollars annuellement. Ces chiffres risquent de doubler d'ici 2031 si aucun traitement pour retarder l'apparition de la maladie n'est développé. Une meilleure compréhension des facteurs de risque et de protection, ainsi que de leur interaction avec la pathologie de la MA s'impose. Plusieurs études ont montré le lien entre des problèmes de santé vasculaire et la MA. Ainsi, dans une cohorte de personnes âgées à haut risque de développer la MA, nous proposons d'étudier les changements vasculaires qui surviennent dans le cerveau à l'aide d'une nouvelle technique d'imagerie cérébrale.

Parallèlement, nous voulons évaluer des facteurs de risque et de prévention de la MA qui ont une influence sur la santé vasculaire, tels le niveau d'activité physique et l'alimentation. Les participants pour ce projet font partie de l'étude Prévenir-Alzheimer au Centre universitaire en santé mentale Douglas. Notre hypothèse est qu'une réduction du flot sanguin et de la consommation d'oxygène seront associées aux marqueurs de la pathologie de la MA (accumulation de la protéine amyloïde, atrophie dans les régions du cerveau vulnérables à la MA) et que ces relations seront influencées par le sexe et les facteurs de style de vie (alimentation, activité physique).

L'étude conjointe du métabolisme vasculaire cérébral, de la neuropathologie de la MA et du style de vie pourrait aider à développer des interventions pharmacologiques et non pharmacologiques pouvant retarder le développement de la maladie. Étudier les changements vasculaires dans une population à risque pourrait aussi aider à identifier de nouveaux biomarqueurs précoces de la MA.