Appareil microfluidique pour l'isolation et l'étude des virus géants infectant les amibes, la matière sombre virale ayant des conséquences potentielles pour la santé, l'environnement et la société

 

Recherche intersectorielle - Programme Audace

Concours 2018-2019

 

Composition de l'équipe:

Steve Charrette (Université Laval), responsable
Alexander Culley (Université Laval), co-chercheur
Jesse Greener
(Université Laval), co-chercheur

 

Domaine : Organismes vivants

Secteur 1 : Sciences de la santé        Secteur 2 : Sciences naturelles et génie

En vidéo (5 minutes)

Il y a environ une décennie, une nouvelle entité biologique a été découverte : les virus géants. Les hôtes naturels de ces virus sont les amibes, des microorganismes ubiquitaires qu'on retrouve même dans certaines installations créées par les humains. Or, depuis leur découverte, les évidences s'accumulent à l'effet que ces virus géants sont aussi des agents pathogènes pour les humains. On suspecte qu'ils pourraient être responsables d'une bonne part des pneumonies dont nous ne connaissons pas l'origine. Nous avons, particulièrement au Québec, encore trop peu de connaissances sur ces virus géants qui sont difficiles à isoler de leur environnement naturel et dont on redoute que nombre d'entre eux ne soient prochainement libérés par la fonte du pergélisol où ils sont encore retenus. À cause du danger potentiel qu'ils représentent pour la santé humaine, il est indispensable de mieux les connaître afin de pouvoir développer le plus rapidement possible des antiviraux.

Formée de chercheurs du secteur de la santé et des sciences naturelles et des technologies, l'équipe se propose de développer un dispositif microfluidique capable de piéger efficacement les virus que l'on souhaite isoler, identifier et étudier en laboratoire. En plus de permettre leur isolation, la trappe microfluidique rendra possible l'étude des interactions virus-amibes, en se servant de l'hôte naturel du virus que sont les amibes comme d'un filtre pour les attraper. Ses retombées concernent aussi l'écologie du Grand Nord puisqu'avec les fontes dues aux changements climatiques, c'est de là que viendra probablement la menace.

Appel de propositions