Améliorer le soutien à l'autogestion et la littératie en santé chez les patients atteints de cancer et leurs proches aidants

 

Sylvie Lambert

McGill University School of Nursing

 

Domaine : cancer

Programme chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2015-2016

Partenaires

Fondation du cancer du sein du Québec

Deux Canadiens sur cinq sont susceptibles d'être atteints d'un cancer. Malgré l'amélioration des modes de dépistage et de traitement, les personnes atteintes doivent composer avec plusieurs difficultés physiques et psychologiques dont elles et leurs proches aidants assument la gestion quotidienne. Vu l'imposition des soins ambulatoires et la réduction des ressources, le proche aidant est maintenant un dispensateur essentiel de soins. D'ailleurs, le cancer se situe au deuxième rang des maladies nécessitant l'accompagnement d'un proche aidant au Canada. L'aide d'un proche permet au patient de mieux s'adapter à la maladie, mais il est souvent peu préparé à sa tâche, qui devient forcément difficile.

Pour soutenir le patient et son proche aidant l'accent est mis progressivement sur le développement d'interventions livrées conjointement aux patients et leurs proches aidants pour promouvoir l'autogestion (interventions dyadiques). Les interventions dyadiques bénéficient grandement à la santé et au bien-être des patients et de leurs proches aidants. Certaines interventions dyadiques se sont révélées plus efficaces que les interventions pratiquées uniquement auprès des patients, démontrant que l'état du patient dépend de la préparation du proche aidant.

Toutefois, trois problèmes persistent. Premièrement, la plupart des interventions dyadiques sont trop coûteuses pour le système de santé, et des méthodes de prestation plus durables sont requises. Deuxièmement, les études sur les interventions négligent les groupes de patients et proches aidants culturellement et linguistiquement hétérogènes, malgré la précarité manifeste de leur bien-être par rapport aux groupes homogènes. Troisièmement, l'évaluation des interventions nécessite des mesures fiables. Cependant, le recours à diverses mesures d'évaluation d'un même objet et l'absence de vérifications auprès des proches aidants compromettent l'évaluation des interventions.

Le programme de recherche proposé traite de ces problèmes dans le cadre de six études.