Vieillissement des habiletés de perception et de production de la parole : comprendre les origines du déclin pour développer de nouvelles interventions

 

Pascale Tremblay

Centre de recherche de l'institut universitaire en santé mentale de Québec [CRIUSMQ]

 

Domaine :   vieillissement

Programme chercheurs-boursiers - Junior 2

Concours 2017-2018

Selon l'Institut de la statistique du Québec, d'ici à 2051, la population de 65 ans et plus connaîtra une croissance plus importante que celle de tous les autres groupes d'âge. L'augmentation de l'espérance de vie est sans conteste l'une des réussites scientifiques les plus remarquables. Or, cette augmentation entraîne de nombreuses répercussions sur la santé et la qualité de vie des aînés. On estime que jusqu'à 12% des aînés vivent avec des troubles de la communication, lesquels peuvent diminuer la qualité de vie et entraîner l'isolement. L'un des troubles les plus fréquents est une difficulté à percevoir la parole. La capacité à parler change elle aussi avec l'âge, devenant plus lente et souvent plus laborieuse. Malheureusement, la source de ces difficultés est inconnue. Toutefois, certaines activités comme le chant semblent pouvoir retarder l'apparition de ces difficultés.

Mon programme de recherche vise à identifier les causes de ces troubles et à tester des méthodes visant à les prévenir. Au cours de quatre études différentes, les troubles de la perception et de la production du langage seront caractérisés en détails dans un échantillon de personnes en bonne santé (40 et 90 ans) incluant des chanteurs et des non-chanteurs. Les mécanismes neurologiques associés à la détérioration des habiletés de perception et de production du langage au cours du vieillissement seront identifiés grâce à des techniques modernes d'imagerie et de stimulation du cerveau. La cinquième étude vise à utiliser la stimulation du cerveau pour améliorer la communication chez des personnes en santé et des personnes avec des troubles de la communication.

Les connaissances générées à travers ces études seront utiles au développement de nouvelles stratégies de réadaptation qui permettront de prévenir ou de traiter les problèmes de communications liés au vieillissement.