Vers un meilleur traitement de l'anxiété chez les personnes âgées

 

Sébastien Grenier

Centre de recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal

 

Domaine : vieillissement

Programme chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2014-2015

Malgré l'avancement de la science, l'anxiété des personnes âgées n'est toujours pas traitée de façon appropriée. Cela a des répercussions sérieuses sur la santé et la qualité de vie des 225 000 aînés québécois touchés par cette maladie. En effet, ceux-ci sont plus à risque de devenir déprimés ou de développer des problèmes de mémoire. Plusieurs aînés anxieux perdront ainsi leur autonomie et seront contraints à quitter leur domicile pour un milieu de soins. Il est donc essentiel de trouver un traitement adéquat pour soulager leur anxiété. À ce sujet, d'autres solutions doivent être trouvées que les calmants, car ce type de médicament comporte plus de risques pour la santé des aînés (ils peuvent devenir dépendants) que d'effets bénéfiques. Une solution plus sécuritaire serait d'offrir aux aînés anxieux une thérapie qui les aiderait à mieux gérer leurs pensées (par exemple, se dire que l'anxiété c'est la fin du monde) et comportements (par exemple, éviter les situations qui font peur) à l'origine de l'anxiété. Cette forme de thérapie, nommée thérapie cognitivo-comportementale (TCC), est cependant peu utilisée auprès des personnes âgées anxieuses et d'autres études sont nécessaires pour la valider. C'est notamment ce que je ferai dans mes recherches.

Plus précisément, j'utiliserai une thérapie novatrice pour aider les personnes âgées à ne plus consommer de calmants, un médicament risqué pour leur santé. De plus, j'aiderai les personnes âgées qui ont peur de tomber, une manifestation d'anxiété fort répandue dans ce groupe d'âge, à devenir moins craintives à l'aide d'une thérapie que j'aurai conçue. Dans l'ensemble, mes études permettront de trouver des interventions novatrices qui soulageront efficacement l'anxiété des personnes âgées sans aggraver leur état de santé. Mes recherches permettront ainsi d'améliorer à court terme la santé et la qualité de vie des personnes âgées anxieuses et, par le fait même, de prolonger la durée de vie à domicile; un désir exprimé par la majorité des aînés.