Validation du 18F-Fluoroethoxybenzovesamicol (FEOBV) comme biomarqueur de la maladie d'Alzheimer

 

Marc-André Bédard

CUSM - Institut neurologique de Montréal

 

Domaine : Neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Fonds d'innovation Pfizer-FRQS

Concours 2013-2014

Ce programme de recherche comprend deux volets. Le principal porte sur la validation d'une méthode biologique pour mieux diagnostiquer la maladie d'Alzheimer (MA) et suivre son évolution dans le temps. De tels outils se nomment des biomarqueurs. Ceux qui sont connus présentement ne sont pas suffisamment sensibles pour distinguer divers degrés de sévérité de la maladie, ou pour reconnaître la MA parmi d'autres maladies apparentées, ou encore sont des mesures trop indirectes et non spécifiques des composantes biologiques de la MA.

Depuis quelques années, notre équipe de recherche se penche sur une nouvelle méthode qui fait appel à l'imagerie par émission de positons (TEP), couplée à l'utilisation d'une substance nommée le FEOBV. Chez l'animal, la méthode s'avère fiable et sensible pour détecter des lésions, même très faibles, de certaines cellules (cholinergiques) que l'on sait être touchées dans la MA. Le programme visé ici cherche donc à valider l'utilisation du FEOBV chez des sujets humains atteints d'une MA.

Trente participants seront inclus dans l'étude. Ils permettront de comparer le FEOBV à deux autres biomarqueurs connus, bien qu'imparfaits. Toutefois, avant de faire ce passage à l'humain, il est impératif d'obtenir l'approbation de Santé Canada, laquelle basera sa décision sur l'innocuité du FEOBV. L'autre volet du programme de recherche visera donc à montrer cette innocuité du produit chez deux espèces animales.

Au terme de ces deux études, le FEOBV pourrait devenir un outil fort utile à la pratique clinique, ou pour évaluer l'efficacité de nouveaux traitements curatifs de MA.