Une enquête novatrice sur la présence et le rôle des genres bêta et gamma du virus du papillome humain dans les cancers de la tête et du cou

 

Belinda Nicolau

Université McGill

 

Domaine : Cancer

Programme : Recherches sur le cancer

Concours 2016-2017

L'équipe du Dr. Nicolau explorera une idée nouvelle pour comprendre comment les gens développent le cancer dans la bouche et la gorge, souvent appelé « cancer tête et cou » (CTC). Ce cancer peut affecter profondément comment les gens avalent, mangent, boivent, parlent et paraissent, et seulement la moitié des patients sont toujours en vie après cinq ans. Ce cancer est principalement causé par le tabac et l'alcool, mais on a récemment découvert qu'une famille de virus appelée virus du papillome humain (VPH) est aussi impliquée. Le VPH est responsable d'une augmentation substantielle de CTC, principalement ceux situés à un endroit au fond la bouche appelé l'oropharynx. Il existe plusieurs types de VPH catégorisés en trois genres : alpha, beta, et gamma. Jusqu'à maintenant, seuls les VPH alpha ont été étudiés pour comprendre leur rôle dans le développement du CTC. Cependant, quelques études récentes suggèrent que les deux autres genres de VPH pourraient aussi faire augmenter le risque de cancer.

Notre projet examinera si les VPH beta et gamma sont liés au CTC. Pour ce faire, nous avons interviewé des Québécois avec et sans cancer et recueilli des cellules de leur bouche et de leur tumeur. Nous testerons ces cellules pour savoir si les VPH beta et gamma sont présents. Ensuite, nous combinerons cette information avec d'autres données pour déterminer si ces VPH sont reliés au CTC.

Ce projet nous donnera de l'information nouvelle, nécessaire pour planifier d'autres études sur la prévention et le traitement du CTC. Par exemple, nos résultats peuvent aider à évaluer si la réponse au traitement dépend de l'infection avec un virus ou une combinaison de virus. Cette information devrait aussi aider les programmes de prévention du cancer en permettant d'améliorer les vaccins existants.