Une approche globale et intégrative pour mieux comprendre et prévenir les infections associées au C. difficile

 

Yves Longtin

Institut Lady Davis de recherches médicales de l'Hôpital général juif

 

Domaine :  maladies infectieuses et immunitaires

Programme chercheurs-boursiers-cliniciens  - Junior 2

Concours 2017-2018

La diarrhée associée au Clostridium difficile (DACD) est une infection du tube digestif causée par un microbe et qui peut entrainer la mort. Ce programme de recherche vise à améliorer la compréhension de cette maladie, en améliorer la prise en charge, et développer de nouvelles stratégies pour la prévenir. Le programme s'articule en trois volets.

Le premier volet vise à améliorer la prise en charge des patients qui souffrent de DACD. La DACD est diagnostiquée en détectant le C. difficile dans les selles des patients symptomatiques en utilisant différentes techniques. Cependant, ces tests ne peuvent pas prédire si un patient guérira sans embûches ou s'il décèdera, et ils ne peuvent pas identifier les patients qui sont à risque de rechute. Les médecins aimeraient pouvoir prédire l'issue car ceci permettrait d'adapter le traitement en conséquence et ainsi permettre une meilleure guérison.

Le deuxième volet vise à améliorer la prise en charge des patients qui sont porteurs de la bactérie sans toutefois présenter de symptômes. Ces patients peuvent infecter d'autres patients qui pourraient développer la maladie. Les médecins ne savent pas si le fait de placer ces patients en quarantaine préviendrait sa transmission entre patients. De plus, il est incertain s'il est possible de prévenir la survenue de la DACD chez ces patients qui sont porteurs de la bactérie dans leur tube digestif.

Le troisième et dernier volet vise à identifier des stratégies afin d'améliorer les programmes qui permettent de suivre la propagation de la bactérie dans les hôpitaux. Un tel programme existe au Québec, mais il existe un besoin de l'améliorer afin de permettre une meilleure comparabilité entre les hôpitaux.

L'objectif ultime de ce programme de recherche est d'améliorer la santé des patients au Québec et ailleurs dans le monde.