Tolérance à la maladie et immunité entraînée dans les infections pulmonaires

 

Maziar Divangahi

Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill

 

Domaine : maladies infectieuses et immunitaires

Programme Chercheurs-boursiers - Senior

Concours 2019-2020

Mondialement, les infections respiratoires sont responsables de plus de 4 millions de morts par an. Plus particulièrement, la grippe et la tuberculose représentent des causes majeures de morbidité et mortalité, et constituent de nouveaux défis pour les cliniciens laissés sans interventions thérapeutiques disponibles. Le poumon est le seul organe qui est directement et constamment exposé a l'environnement, puisque nous respirons 7 à 8 litres d'air par minute. C'est pourquoi les réponses immunitaires pulmonaires doivent être finement régulées pour éliminer efficacement les microorganismes qui atteignent les voies respiratoires distales, tout en minimisant l'immunopathologie. Les macrophages pulmonaires (MP) patrouillent les voies respiratoires et sont les premiers leucocytes à faire face à la majorité des pathogènes pulmonaires. Leur réponse initiale est essentielle pour "donner le ton" et orchestrer une réponse immunitaire efficace. Les MP jouent un rôle central dans la régulation de l'homéostasie et des réponses antimicrobiennes et il n'est pas surprenant que beaucoup de pathogènes ont développé des stratégies ciblant les MP, leur permettant d'échapper aux réponses immunitaires innées et adaptatives.

Il est donc envisageable d'exploiter les propriétés biologiques des MP avec des nouvelles méthodes immunomodulatrices qui permettraient d'améliorer le diagnostic, la prévention et les stratégies thérapeutiques contre la tuberculose et la grippe. En démontrant les fonctions protectrices des MP dans les infections grippales et dans la tuberculose, nous espérons ouvrir la voie au développement de nouvelles immunothérapies ou vaccins pour ces maladies dévastatrices.